Dessin pour nous trouver

 

20 Février 2009

" Réjouissez-vous toujours dans le Seigneur " Philippiens 4.4

Voilà une phrase qu'on entend souvent... " C'est pas la joie ", dira la mère de famille surchargée, l'employé harassé par un patron exigeant ou des clients mécontents, la malade qui n'arrive pas à trouver le sommeil tant elle souffre, le veuf désemparé à la suite du décès de sa compagne, l'enfant qui se sent incompris par des parents absents, le téléspectateur qui tremble devant les attaques terroristes, etc. Et le chrétien n'est pas exempt de ces source d'angoisses.

Il en a même d'autres : comment se réjouir quand il voit son assemblée se dépeupler, les disputes entre églises ou entre frères, la montée du sectarisme ou de la mondanité, sans parler de la sécheresse de son propre coeur ou du triste constat de ses défaillances.

" C'est pas la joie ", aurait pu dire Paul lui-même : il était prisonnier, apparemment arrêté dans un service fructueux, parfois très juste financièrement (Phil 4.12), attristé par le comportement de certains soi-disant croyants (3.18), à certains moments inquiet pour un ami proche (2.27)...

Alors Paul est-il masochiste ? Comment se réjouir toujours ?
Le préalable est de comprendre que notre joie ne peut pas être liée aux circonstances. L'exemple de Paul le prouve : il avait appris à être content quelle que soit la situation où il se trouvait (4.11). Si nous attendons que tout " roule " parfaitement pour nous réjouir, nous risquons de ne jamais mettre en pratique l'exhortation de l'apôtre...

Notre joie est " dans le Seigneur ", c'est à dire liée à ce qu'il est et qu'il nous a révélé de lui même, et aussi à tout ce que nous avons en lui : le pardon des péchés, l'assurance de la vie éternelle, une place dans le ciel, la possibilité d'avoir accès à Dieu comme un Père, etc. Réjouissons-nous parce que nos noms sont inscrits dans les cieux (Luc 10.20) ; réjouissons-nous parce que le Seigneur nous réserve une récompense (Matt 5.12).

Notre joie est également " dans le Seigneur " parce qu'elle est partagée avec lui : par le chant d'un cantique, une prière de reconnaissance, nous pouvons entretenir une communion qui nous remplira de joie.

" Toujours ", ajoute Paul. Si notre joie tenait à nos circonstances, elle serait temporaire et intermittente. C'est seulement parce qu'elle est liée à celui qui est " le Même " qu'elle peut être durable.

Alors, " c'est la joie " ! Aujourd'hui, maintenant, là où nous sommes, réjouissons-nous dans le Seigneur !

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×